Le contenu

On les Aime on les Protège : STÉRILISEZ & IDENTIFIEZ

Pourquoi stériliser son / ses chat-s ?

 Vouloir stériliser son chat signifie avoir un comportement responsable et prendre soin de sa santé.

La stérilisation est la seule solution fiable qui permet d’éviter la naissance de chatons non désirés. Ainsi cela permet d’éviter la prolifération, l’euthanasie ou l’abandon des chatons, ou encore les difficultés rencontrées lorsqu’il s’agit de trouver un nouveau foyer aux chatons.

Rappel : la surpopulation a des conséquences néfastes telles que la famine, la maltraitance (de la part de personne ne supportant plus le nombre de chats), l’euthanasie et la propagation des maladies spécifiques aux chats (mais non transmissibles aux humains).

En outre, faire stériliser son chat ou sa chatte a des effets bénéfiques pour sa santé et son espérance de vie. C’est un acte de protection.

 Cette pratique permet de stabiliser la démographie en limitant les possibilités de reproduction, tout en maintenant une population locale qui évite l’envahissement du territoire par de nouveaux chats non stérilisés.  Et cette solution a l’avantage de satisfaire autant les amoureux des chats qui souffrent de leurs misères, que leurs détracteurs qui ne veulent pas les voir proliférer.

La stérilisation, qu’est ce que c’est ?

Il s’agit d’un acte réalisé par un vétérinaire. Effectué sous anesthésie, il est indolore pour les mâles comme pour les femelles.

Il est préférable de faire stériliser les chats quand ils ont environ 4 mois, ainsi on évite aux femelles leurs premières chaleurs et on évite que les mâles prennent des habitudes de chat non castré (marquage urinaire, griffades, fugues…)

 

 Ovariectomie : une opération banale

 Pour les femelles, il s’agit d’une opération d’une vingtaine de minutes appelée ovariectomie consistant à enlever les ovaires. La minette peut être un peu fatiguée et désorientée pendant un jour ou deux après l’opération du fait de l’anesthésie, mais elle s’en remet bien vite.

 Il faut savoir que la croyance populaire voulant qu’une chatte mette bas au moins une fois avant d’être stérilisée ne repose sur aucun fondement scientifique.

 L’intervention par ovariectomie, c’est-à-dire ablation des ovaires, est une opération banale sous anesthésie générale, qui réduit fortement le taux de tumeurs mammaires et d’infections de l’utérus, notamment si elle est effectuée quand l’animal est jeune, dès ses 4 mois.

 Son tempérament n’est absolument pas modifié : il est faux qu’elle devient apathique et si son poids augmente on peut résoudre le problème en la nourrissant avec des aliments équilibrés et légèrement hypocaloriques. Il faut en revanche absolument éviter d’intervenir sur les calories et la contraception en donnant des médicaments qui peuvent avoir des conséquences sur sa santé, de type infections de l’utérus, diabète et une plus haute probabilité de tumeurs mammaires.

Que risque-t-on à ne pas faire castrer son chat (mâle) de maison ?

Pour les mâles, l’opération est beaucoup plus légère et rapide. La castration consiste à retirer via une petite incision les testicules, sous anesthésie. Le chat se remet très vite de son opération. Chez le mâle, la stérilisation (le nom scientifique est orchidectomie) est importante, car elle prévient les comportements à risque. Les bagarres pour conquérir une femelle sont de l’ordre du quotidien chez les chats non stérilisés. Cela entraîne griffures et morsures qui non seulement dégénèrent en abcès, mais, bien plus grave, véhiculent également des maladies virales incurables comme la leucémie féline (FeLV), le syndrome d’immunodéficience (FIV)…

En outre, les chats non stérilisés risquent d’être victimes d’accidents en tout genre, car les mâles qui sont attirés par les femelles errent sans se préoccuper des dangers.

L’orchidectomie diminue également l’agressivité liée au stress en raison de la poussée d’hormones incontrôlable nécessaire à l’accouplement et elle réduit l’incidence de certaines affections du système génital.

Un mâle non castré présente des comportements souvent jugés désagréables par les propriétaires ou les voisins. Il a tendance à marquer son territoire en urinant de façon très odorante, ou en effectuant de grandes griffades verticales sur des supports bien visibles (arbres, murs, mobilier, canapé en cuir…).

 Il détecte la présence de femelles en chaleur et peut alors fuguer et parcourir plusieurs kilomètres pour la rejoindre. Cela entraîne un risque important d’accidents en tous genres (circulation, malveillance). Afin de pouvoir approcher de la femelle en chaleur et avoir ses faveurs, il devra se battre contre les autres mâles en présence, et ressortira souvent avec des griffures et des morsures pouvant empirer et donner lieux à des abcès, ou pire, contracter des maladies infectieuses pouvant être mortelles.

Les bagarres sont également désagréables pour les personnes habitant à proximité car les chats s’intimident en poussant des miaulement forts et des cris… souvent pendant la nuit.

Chasse aux idées reçues !

Il est préférable de laisser une chatte faire une première portée avant de la faire stériliser.

FAUX ! Cette idée n’a aucun fondement scientifique, il s’agit plutôt d’une vue humanisée du chat. Une chatte n’a pas besoin d’avoir des chatons pour être équilibrée bien au contraire la faire stériliser avant ses premières chaleurs tend à réduire les risques de cancers mammaires ou d’infections de l’utérus.

 La castration des mâles les rend apathiques, mollassons et gros.

FAUX ! La castration réduit grandement les risques de fugue des chats qui deviennent alors plus casaniers. Ils peuvent être plus câlins et moins agressifs, mais restent malgré tout très joueurs et actifs pour peu qu’on les y incite. L’incitation au jeu permet donc de forcer les chats à bouger et dépenser de l’énergie ce qui contribue à éviter la prise de poids. Enfin, une bonne nourriture permet de lui fournir exactement ses besoins nutritionnels.

 Il est inutile de castrer un chat mâle.

FAUX ! Effectivement, votre chat mâle ne risque pas de ramener une portée de chatons à la maison en vous les laissant sur les bras ! Mais par contre songez qu’à chaque fugue ou escapade due à la présence de chattes en chaleur dans les environs, il devient le père d’un grand nombre de chatons qui risquent fort de devenir des chats des rues. Faire castrer son chat mâle permet de contribuer à diminuer le nombre de chats errants !

En outre la castration offre des avantages pour la santé et l’espérance de vie de votre chat, et également des avantages pour la bonne cohabitation avec les humains en diminuant les comportement de marquage et d’agressivité

 Gilles Hagège Docteur vétérinaire, conseil de la SPA, spécialiste de la psychiatrie canine et auteur d’ouvrages de référence (source : http://wamiz.com+ chatslibreschambery.com

************************************************************************************************************************ 

Et la pilule ? me direz-vous ! 

Les humains que nous sommes ont malheureusement tendance à l’anthropomorphisme (c’est à dire à reporter des caractères humains sur les animaux). Ainsi, j’entends souvent « mon animal a ses règles ». Or, un animal n’a pas de règles mais bien des chaleurs qui sont une extériorisation d’un comportement sexuel. Sachez qu’à moyen terme, la pilule peut provoquer des tumeurs mammaires, généralement cancéreuses ! Les progestagènes contenus dans la pilule induisent des hyperplasies glandulo kystiques de l’utérus avec gros, gros, GROS risque de développer une métrite (= pyomètre = présence de pus dans l’utérus). De plus, les chattes sous progestagènes oraux développent également des hyperplasies des glandes mammaires, et sont donc sujettes aux tumeurs mammaires.

************************************************************************************************************************ 
 Pourquoi faire identifier son chat ?

En France, seulement 20% des chats domestiques sont identifiés tandis que 75% des chiens le sont. Ce sont donc 11 millions de chats qui ne sont pas déclarés et qui peuvent à tout instant se perdre dans la nature sans aucune chance d’être retrouvés. Le chat fait partie des animaux « faciles » à nourrir et à « éduquer » car ils circulent souvent librement dans les rues. Ils sont discrets, s’adaptent facilement à leur environnement et demandent moins « d’entretien » qu’un chien. Il savent en effet quémander à manger chez les voisins et peuvent quitter la maison plusieurs jours. Ces boules de poils indépendantes méritent tout de même qu’on les reconnaisse et les protège sur le plan légal.

Pourquoi la majorité des chats n’est-elle pas identifiée ?

Beaucoup de propriétaires de chats pensent que l’identification n’est pas obligatoire, mais elle l’est devenue obligatoire depuis Janvier 2012, mais aussi quand on veut voyager à l’étranger avec son compagnon ou si on veut le faire vacciner.

Les avantages de l’identification de son chat

Il est fréquent de retrouver un inconnu à quatre pattes chez soi et de lui donner un peu à manger. Si un chat prend l’habitude de venir régulièrement dans une maison, il est fréquent qu’une famille l’adopte dans son foyer quand il n’existe aucun signe d’identification sur l’animal. Un chat identifié aura beaucoup moins de chance de changer de domicile et d’avoir de nouveaux maîtres.

Les chats non identifiés sont en outre confondus avec les chats errants et sont rarement soignés quand on les découvre dans la rue. Le chat domestique identifié ne court pas le risque d’être traité comme un chat errant et de finir à la fourrière pour être au final euthanasié.

En étant identifié, le vétérinaire fera un suivi régulier du chat et de sa santé.

L’identification d’un chat se fait par une puce électronique ou un tatouage réalisé par le vétérinaire. Il s’agit d’un numéro unique répertorié dans le fichier national félin, qui permet de retrouver la fiche d’identité de l’animal : son origine, sa race, son nom et les coordonnées des propriétaires.

Pour que l’identification des chats devienne systématique, le Syndicat National des Vétérinaires d’Exercice Libéral (SNVEL) demande à ce qu’il y ait plus de répression pour que les propriétaires d’animaux prennent conscience de l’importance d’un tel acte. 

Source : http://suite101.fr/article/pourquoi-faire-identifier-son-chat–a20320

************************************************************************************************************************ 

Il faut savoir qu’un chat non identifié est un chat « qui n’appartient à personne » !

L’identification est devenu obligatoire depuis l’année dernière.

 Panneau de « Veronique Gauthier »

Les chats de plus de 7 mois nés après le 1er janvier 2012 devront être identifiés, comme le précise une loi du 17 mai 2011, (notez que cette obligation vaut déjà pour les chiens depuis 1999).

Beaucoup de propriétaires estiment que leur chat est un animal indépendant qui bénéficie d’un statut spécial par rapport au chien, lui permettant d’aller ou bon lui semble ! En réalité, il n’en est rien en vertu de l’article L211 du code rural, votre chat ne doit pas être en état de divagation et pour cause : votre voisin n’apprécie pas forcement de trouver les excréments de votre chat tous les matins dans son jardin, de trouver son potager retourné parce que votre félin l’a pris comme terrain de jeu, ou d’entendre des bruits de pugilat entre chats.
VOTRE CHAT DOIT ÊTRE IDENTIFIÉ ET IDENTIFIABLE !!

Est considéré comme étant en divagation tout chat non identifié et non identifiable situé à plus de 200 mètres des habitations et à plus de 1000 mètres du domicile de son propriétaire.
Dans ce cas si le maire est prévenu, il a le pouvoir de faire saisir l’animal pour le placer en fourrière.
En l’absence d’indice permettant de retrouver son propriétaire, la fourrière peut procéder à son euthanasie dans un délai de 8 jours.
S’il est identifiable le propriétaire est alerté, il dispose de 8 jours pour venir récupérer son chat et s’acquitter des frais de fourrière.


C’est à la commune de gérer la population de chats errants sur son territoire (décret du 25/11/2002 publié le 27/11/2002).

Les obligations du maire sont notamment précisées dans les articles L211.21 à L211.24 du code rural.

La loi du 6 janvier 99 article 213.6 autorise désormais les maires à choisir la méthode de la stérilisation au lieu de la déchatisation, plus durable, plus efficace, et plus humaine.

En effet, l’article L.211.41 précise que le maire peut, par arrêté à son initiative ou à la demande d’une association de protection du chat, faire procéder à la capture des chats non identifiés afin de procéder à leur stérilisation et à leur identification conformément à l’article L 214-5 et à leur relâché dans les même lieux. Cette identification doit être réalisée au nom de la commune ou de l’association.

Lorsqu’il a été procédé à une campagne de stérilisation, la gestion et le suivi sanitaire de ces chats est placé sous la responsabilité du maire ou de l’association locale de défense du chat.

La capture des animaux errant ou en état de divagation peut être assurée par la police municipale, service de la voirie, ou être confiée à des structures privées ou publiques (entreprises spécialisées, fourrière …….)
Ces captures ne sont bien souvent pas faites dans de bonnes conditions et les chats sont pour la plupart tués sans états d’âme.

Si votre commune décide de faire une campagne de trappage, elle est dans l’obligation de prévenir ses administrés, des dates et des modalités de l’opération, ceci par voie de presse locale et d’affichage en mairie et cela une semaine à l’avance. C’est obligatoire. Ceci est fait dans le but d’éviter que les chats ayant un maître soient trappés, et pris pour des animaux errants pouvant être potentiellement euthanasiés .

VOUS ÊTES RESPONSABLE DE VOTRE CHAT !

ATTENTION, le fait que votre compagnon soit identifié et se promène à moins de 1000 mètres de votre habitation ne vous dédouane pas des dégâts qu’il pourrait occasionner, en conséquence : si le voisin attrape votre chatte et l’identifie il peut vous attaquer pour défaut de garde et vous demander réparation ; idem si votre chat blesse l’un de ses animaux.

Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *