Le contenu

Le petit manuel de la Protection Animale

Le petit manuel de la Protection Animale = PA

Fortes  de  leurs  quelques  dix  années  d’expériences  dans  la  protection  animale,  les  Associations  Féline  Love  (71)  et  Les  EntreChats  (38)  souhaitent  partager  leurs  règles  de  base  pour  que  tous  ceux  qui  le  souhaitent  puissent  gagner  en  efficacité  et  en  sens  des  responsabilités. 

Tous  les  gens  qui  viennent  sur  cette  page  sont  impliqués  d’une  manière  ou  d’une  autre  dans  le  sauvetage  des  animaux.  Mais  faire  des  sauvetages  ça  ne  s’improvise  pas,  on  doit  le  faire  avec  un  grand  sens  des  réalités  au  risque  de  mettre  en  péril  toutes  les  petites  vies  dont  nous  sommes  devenues  responsables.  Nous  avons  appris  de  nos  erreurs  passées  et  nous  avons  tracé  une  ligne  de  conduite  ferme  (certains  penseront  rigide…)  qui  nous  semble  fondamentale  pour  perdurer.

Les  missions  premières  de  toute  association  de  protection  animale  :

–  La  vérification  de  l’identification  de  tout  animal  trouvé  errant  (il  peut  avoir  une  famille  qui  le  cherche  ou  appartenir  à  un  groupe  de  chats  libres  déjà  pris  en  charge  par  un  tiers).  Toute  association  devrait  posséder  un  lecteur  de  puces  électroniques  pour  pouvoir  faire  une  recherche  rapide  y  compris  les  soirs/nuits  ou  jours  fériés.  Pour  information  :  on  peut  acquérir  pour  moins  de  60  euros  un  lecteur  sur  Internet  ou  par  l’intermédiaire  de  nos  vétérinaires. 

L’enregistrement  à  l’ICAD  en  tant  qu’  «  acteur  de  la  filière  »  s’obtient  sur  simple  demande  et  permet  de  vérifier  les  numéros  d’identification  et  facilite  la  gestion  des  animaux  enregistrés  au  nom  de  l’association.

–  L’identification  :  Elle  est  obligatoire  pour  être  en  conformité  avec  la  loi.  Elle  nous  permet  de  confirmer  la  propriété  de  l’animal  et  donc  la  responsabilité.  C’est  le  seul  moyen  de  faire  valoir  vos  droits  en  cas  de  litige  (disparition,  vol,  maltraitance…).  Et  c’est  une  réelle  chance  pour  retrouver  votre  animal  en  cas  de  perte.

https://www.i-cad.fr/reglementation/identification_du_chien_et_du_chat

–  La  stérilisation  :  C’est  réellement  la  mission  de  base  de  toute  association  de  protection  animale.  Il  est  inconcevable  de  laisser  les  chats  (ou  les  chiens)  se  reproduire  alors  que  tant  d’animaux  se  trouvent  enfermés  dans  des  refuges  surpeuplés  attendant  de  trouver  la  famille  qui  les  aimera.  La  gestion  d’un  groupe  de  chats  errants  (on  préfère  dire  “chats  libres”)  passent  par  un  comptage  du  groupe,  le  trappage  et  la  stérilisation/identification  de  chacun  avant  remise  sur  site  aux  bons  soins  de  nourriciers.

Et  si  les  femelles  sont  gestantes,  il  faut  arrêter  de  réfléchir.  Il  n’y  a  qu’une  solution  viable  à  long  terme  :  L’AVORTEMENT  !  Personne  n’a  les  moyens  de  trouver  des  adoptants  pour  tous  les  chats/chatons  déjà  nés  qui  attendent,  personne  n’a  les  moyens  d’avancer  les  frais  vétérinaires  qui  vont  s’imposer  pour  chaque  chaton  et  personne  non  plus  n’a  les  moyens  de  les  protéger  de  tout…  N’oubliez  pas  que  gérer  une  mise  bas  et  le  sevrage  qui  s’en  suit  demanderont  du  temps  et  de  la  place  (que  personne  n’a)…  par  contre,  si  les  petits  sont  déjà  nés,  la  responsabilité  veut  qu’on  passe  des  nuits  blanches  en  biberonnage  certes  mais  qu’une  vie  c’est  une  vie.  Et  n’oublions  pas  qu’il  y  a  un  peu  plus  de  11  millions de chats  errants  en  France  !

Article Comment s’occuper d’un chaton orphelin ? ici = http://felinelove.fr/comment-soccuper-dun-chaton-orphelin/

 

 Les  règles  d’or  à  suivre  pour  mener  à  bien  les  missions  :

–  La  quarantaine  :  C’est  une  étape  vitale  pour  le  bien  être  du  groupe.  Et  la  quarantaine,  comme  le  dit  son  nom  c’est  40  jours, au  minimum  3  semaines  ce qui peut parfois correspondre au  soin nécessaire à prodiguer ou de temps  d’incubation  de  maladies  courantes  (coryza,  typhus, teigne, galle d’oreille…), les virus hyper virulents sont d’incubation rapide de 24 heures à 5 jours, les virus courants jusqu’à 15 jours, mais nous avons vu des cas de typhus déclarés après les 15 premiers jours, donc il vaut mieux sauver plus modestement mais correctement… La  quarantaine  se  fait  forcément  dans  une  pièce  isolée  du  reste  du  groupe.  Il  faut  prévoir  lavages  de  mains  et  changement  de  vêtements  (blouses  et  chaussons)  avant  et  après  pénétration  dans  la  pièce.  Tout  le  petit  matériel  (litière,  gamelles,  couchage…)  doit  être  parfaitement  désinfecté  et  utilisé  uniquement  pour  l’animal  en  quarantaine.  Il  n’est  pas  question  ici  de  propreté  mais  bien  des  mesures  à  prendre  pour  une  désinfection  efficace  afin  d’éviter  un  maximum  la  contamination.  Il  faut  vous  rapprocher  de  votre  vétérinaire  pour  plus  de  conseils  mais  certains  produits  sont  reconnus  pour  leur  efficacité  de  désinfection  (sanytol,  saniterpen,  virkon…) 

Et  NON  mettre  un  chat(on)  dans  une  cage  et  dans  la  pièce  principale  de  votre  habitation  ou  tout  autre  lieu  où  sont  votre  /  vos  chat(s)  n’est  pas  une  quarantaine  !!

Une  de  nos  pièces  de  quarantaine  de  11  m²  entièrement  carrelée  (Féline  Love)

Et  si  vous  avez  bien  compris  le  principe  et  la  nécessité  de  la  quarantaine,  voir  des  annonces  «  recherche  de  mère  allaitante  pour  nourrir  un  chaton  trouvé  »,  comme  nous,  ça  vous  donnera  envie  de  HURLER  !

JAMAIS,  JAMAIS,  JAMAIS  on  ne  met  en  péril  toute  une  famille  pour  sauver  un  chaton  :  on  choisit  les  biberons  (oui  c’est  contraignant  et  non  c’est  pas  drôle)  et  on  fera  la  socialisation  ensuite.

Et  quand  on  a  un  soupçon  d’épidémie  ?  et  bien  on  prévient  tout  le  monde  :  les  collègues  de  la  PA,  les  vétos,  les  gens  qui  suivent  via  les  réseaux  sociaux…  on  ne  promène  pas  les  chatons  à  droite  à  gauche  en  se  disant  que  d’autres  gèreront  mieux  :  bref,  on  assume,  même  si  c’est  loin  d’être  drôle  !

A  l’issue  de  la  quarantaine,  la  pièce  et  le  matériel  seront  entièrement  désinfectés  avant  toute  introduction  d’un  nouveau  rescapé  de  la  rue.  –  Le  bilan  vétérinaire  :  à  l’issue  de  sa  quarantaine  (ou  pendant  s’il  présente  des  symptômes,  des  plaies  ou  tout  autre  problème  qui  nécessitent  un  avis  de  professionnel)  l’animal  doit  avoir  un  suivi  vétérinaire  pour  les  soins  de  base  :  déparasitage  (externe  et  interne),  identification,  tests  FIV-FeLV,  primovaccination  puis  rappel  et  bien  évidemment  stérilisation  s’il  est  en  âge.  A  chaque  association  de  trouver  un  partenariat  avec  un/des  cabinet/s  vétérinaire/s  de  confiance.  Les  vétérinaires  sont  très  souvent  investis  mais  avec  des  contraintes  de  gestion  du  cabinet…  à  nous  de  les  respecter…  ce  qui  nous  amène  au  point  suivant…

–  La  gestion  financière  et  administrative  :  Une  association  se  gère  avec  la  même  rigueur  et  la  même  transparence  qu’une  entreprise  à  ceci  prêt  qu’il  n’y  a  jamais  d’enrichissement  personnel.

Ce  qui  plombe  généralement  les  associations,  c’est  l’argent.  Pour  démarrer  une  association,  il  faut  déjà  avoir  conscience  que  rien  ne  pourra  reposer  exclusivement  sur  des  dons.  Tout  président  d’association  s’est  déjà  retrouvé  à  devoir  solder  les  factures  avec  son  argent  propre…  il  faut  y  être  prêt.  Sans  salaire  professionnel  privé  pour  assurer  ses  arrières,  on  court  à  la  catastrophe  assez  rapidement.

Bien  évidemment  les  adhésions,  les  dons,  les  parrainages  sont  à  la  base  du  fonctionnement  associatif  mais  pour  tenir  sur  la  durée  et  ne  pas  passer  son  temps  à  solliciter  des  gens  qui  sont  généralement  donateurs  pour  plusieurs  causes,  il  faut  trouver  des  stratégies.

Aux  EntreChats  et  chez  Féline  Love,  la  stratégie  repose  sur  les  boutiques  (sur  Etsy  pour  Les  EntreChats,  sur  Facebook  et  les  marchés  pour  Féline  Love).  Elle  demande  un  énorme  temps  de  création  c’est  vrai  mais  elle  permet  cette  année  de  toucher  un  public  bien  au-delà  de  nos  «  fans  »  et  d’équilibrer  avec  plaisir  les  comptes  financiers.

Et  si  on  veut  garder  la  confiance  des  donateurs,  il  faut être  transparent  et  présenter  des  comptes  financiers  précis,  vérifiables  et  accessibles  à  tous.  C’est  entre  autres,  l’intérêt  de  l’assemblée  générale  annuelle  obligatoire  pour  les  associations  loi  1901.

–  Les  bénévoles  :  Il  faut  s’entourer  de  personnes  de  confiance  et  intimement  convaincues  de  la  nécessité  des  actions.  On  ne  fait  pas  de  la  Protection  Animale  pour  la  gloire  mais  par  conviction,  ce  qui  implique  de  sacrifier  beaucoup  (vacances,  loisirs…)  pour  sauver  des  vies.  Que  les  bénévoles  s’émoussent  avec  le  temps,  c’est  une  réalité  qu’il  faut  comprendre  et  accepter.  Chacun,  à  un  moment  ou  à  un  autre  doit  faire  des  choix  pour  équilibrer  sa  vie  privée,  professionnelle  et  associative.  La  confiance  entre  bénévoles  associatifs  doit  permettre  de  passer  des  relais,  de  faire  des  pauses,  d’exprimer  les  difficultés  rencontrées  en  sachant  qu’elles  seront  entendues.

–  La  responsabilité  et  le  sens  des  réalités  :  Il  faut  régulièrement  faire  face  à  des  choix  difficiles.

–  Dire  non  quand  il  n’y  a  plus  de  place…  Pas  parce  que  nous  sommes  indifférents  à  la  misère  animale  ou  sociale  qui  l’accompagne  généralement  mais  parce  qu’on  sait  qu’il  y  a  des  animaux  déjà  engagés  sous  notre  responsabilité  et  qu’on  se  refuse  à  mettre  en  danger…  Des  ambitions  modestes  mais  réalistes  voilà  ce  dont  la  protection  animale  a  besoin  (parce  que  multipliées  par  de  nombreux  bénévoles  ça  fait  beaucoup  d’animaux  sauvés

–  Reconnaître  notre  impuissance  dans  certaines  situations  (médicales  ou  sociales  complexes)  même  si  c’est  socialement  moins  valorisant  que  d’avoir  une  cape  de  super-héros  sur  le  dos  en  permanence…

–  Gérer  ses  émotions  :  pour  ne  pas  s’engager  sur  tout  et  n’importe  quoi  et  à  l’inverse  ne  jamais  tout  envoyer  promener…  au  milieu  de  tout  cela  il  y  a  les  animaux,  ne  l’oublions  pas  !  Il  faut  aussi,  pour  les  responsables,  envisager  le  “et  après”  parce  que  personne  n’est  à  l’abri  d’un  accident  de  la  vie  et  que  personne  n’est  éternel…  Savoir  ralentir  quand  il  le  faut,  c’est  important  pour  ne  pas  mettre  en  danger  les  animaux  sous  notre  responsabilité.

Et  si  chaque  responsable  associatif  s’engage  sur  les  points  précédents,  la  plus  belle  leçon  que  nous  tirerons,  tous  ensemble  de  la  Protection  Animale  sera  celle-ci  :

Chaque  animal  sauvé  nous  rend  au  centuple  l’énergie  dépensée  !

Alors  merci  à  vous  tous  qui  nous  suivez  ici,  à  vous  qui  partagez  les  belles  actions  de  solidarité  quelles  qu’elles  soient.

Et  merci  à  tous  nos  compagnons  de  vie  pour  la  sérénité  et  l’humanité  qu’ils  nous  apportent  au  quotidien  !

Fabienne,  Présidente  des  EntreChats et Nathalie,  Présidente  de  Féline  Love



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *